• Et la taille dans tout ça?

    Est-ce que la taille ça compte? Est-ce que la dureté ça compte? Et oui oui je sais que y’a pas de règle universelle, de mauvais ou de bon pénis, mais VOUS Luth vous préférez quoi? Est-ce que ce que j’ai vous va? Est-ce que vous êtes vexé par ma taille, que je ne bande pas assez, que je mette trop de temps à éjaculer, ou que ça soit trop rapide ou que tout soit tellement dans la norme qu’au fond c’est moyen ou que milles autres façons de se penser inadéquat… Des fois des clients posent ces questions explicitement. Plus souvent ce sont des petites remarques qui font allusion à…

  • Réflexion sur le consentement

    Un très chouette article sur le consentement et ses subtilités. Il me parle beaucoup personnellement, et je pense qu’il peut être très utile quelque soit notre genre C’est important de réaliser qu’il n’y a pas d’un côté le sexe qu’on est super enthousiaste de faire, à fond dans une attirance réciproque, et de l’autre le non-consentement. Y’a mille raisons de consentir, voir de vouloir activement du sexe. Et c’est important de décortiquer tout ça pour avoir une vie sexuelle plus épanouie et plus respectueuse de soi et des autres. J’arrive pas à dire non! « Nous sommes tellement bombardéEs d’injonctions ou de vérités toutes faites, que c’est pas toujours simple de…

  • Passivité et phallus

    J’ai parlé hier de l’intérêt d’apprendre la passivité, la réceptivité. D’en quoi ça ouvre l’empathie, le lâcher-prise, enseigne à être réellement à l’écoute de l’autre et pas de ce qu’on voudrait que l’autre ressente. J’aimerai aujourd’hui insister sur le fait que la passivité n’est pas liée au type d’acte sexuel. Et expliquer en quoi il est important de désapprendre ce cliché. Quand on entends passivité on entends « personne pénétrée ». Mais c’est absolument culturel. En fait si on regarde ce qui se passe physiquement lors de la pénétration d’une bouche, d’un anus ou d’un vagin par un phallus: on a un fourreau de chair mouvant, aspirant et pulsant qui s’active autour…

  • L’apprentissage de la passivité

    Dans notre société on apprends que les femmes sont passives et réceptives et les hommes actifs et performants. Pas seulement « doivent être » mais carrément « sont ». Sexuellement ça donne un profond déséquilibre. Le plus souvent l’homme (ou personne au rôle masculin) utilise la femme (ou personne au rôle féminin), il décide de quoi faire ressentir à la femme, quoi lui apprendre, l’homme est sensé être performant, actif, pénétrant etc. Quand à la femme elle se sent coupable et abîmée quand elle ne ressent pas les bonnes choses, quand elle n’a pas envie, elle simule son plaisir… Et puis la passivité a mauvaise presse. On entends souvent comme « défense » de la part…